Quelques mots de l’enseignant

 

pipa-2Les pratiques internes comme le qi gong et le taichi chuan, fondées sur l’écoute du corps et des sensations, développent une connaissance du corps qui est selon moi, mathématicien de formation (agrégé et docteur), aussi profonde et précise qu’un théorème. Mais ce qui est passionnant est que cette connaissance est une expérience vécue (il n’y a aucune distance entre le sujet et l’objet). Je dirais de plus qu’elle est fondamentale, puisque nous avons tous un corps et que l’utilisons (bien ou mal) 24 heures sur 24 !

J’ai la très grande chance d’apprendre auprès de Maître Wong Tun Ken (8ème duan), expert dans les arts martiaux chinois internes et externes. Maître Wong est un homme extraordinaire, par sa connaissance du corps et des arts martiaux, par sa pédagogie, sa patience, sa gentillesse et sa bonne humeur ! Grâce à lui, j’ai pu, avec le temps et une pratique quotidienne, entrer dans l’interne : on y trouve une façon complètement nouvelle d’utiliser le corps, révolutionnaire pour tout dire.

En effet, c’est par le relâchement que se développe la force ! Ceci parait contradictoire car on s’imagine que relâcher signifie être mou. Rien n’est plus faux. Pour clarifier ceci, je souhaite donc enseigner les principes fondamentaux de l’interne, communs au qi gong et au taichi chuan, et expliquer précisément ce qu’on appelle « lâcher ». 

Dans les séances de pratique, le but est donc, au-delà des mouvements, de trouver la façon interne d’utiliser le corps, sans quoi tout mouvement n’est qu’une imitation superficielle. Pour aider chacun(e) à trouver peu à peu la façon correcte, je m’attache à faire des corrections individuelles. C’est essentiel car chaque personne est unique et arrive avec ses qualités et ses défauts, dans le corps comme dans l’esprit : l’enseignement ne saurait donc être uniforme. 

parer-gp-2Pour conclure, je dirais que cette recherche est passionnante, excellente pour la santé (souplesse. élasticité, posture et tonicité du corps) et s’accompagne de plus de sensations très agréables dues à l’étirement très doux de tout le corps que provoque la pratique. De plus, la pratique à la façon interne est une connaissance/expérience qui me semble essentielle, car elle permet de découvrir son corps et de l’utiliser autrement, avec douceur au lieu de lui faire violence. C’est pourquoi j’aimerais transmettre ce que je sais de l’interne.